mardi 14 octobre 2014

Le coin de Jean Claude : La terreur en Asie Centrale



LES ASSASSINS 

Le livre d'Amin Malouf "Samarkande" met en scène un personnage assez mystérieux qu'aurait
rencontré son héros Omar Khayyyam. Il s'agit d'Hassan Sabah surnommé "le Vieux de la Montagne" comme le seront ses successeurs et le maître de la secte des assassins.
Cette secte aurait assassiné Nizam al Mulk grand vizir des sultans seldjoukides (sunnites) Alp Arslan et Malik Shah. Saladin lui-même aurait échappé à deux reprises à ces assassins.

                                         Hassan bin Sabbah
   Nizam Al Mulk 
                                                                                                       
                   Alp Arslan




                                                                             

Qui sont donc ces assassins qui ont terrorisé les plus puissants maîtres de l'Asie Centrale ?

Après la mort du Calife fatimide en 1171, une scission se produit dans la communauté chiite, qui subit le règne d'un sultan d'origine turque et de religion sunnite. Nizar, le fils aîné du Calife mort, et le fils cadet se disputent la succession. Nizar et Hassan Sabah, un érudit en science et théologie, sont à la tête de la secte des Ismaëliens de Syrie. On les appelle d'abord les Nizarites.  Ils prennent le contrôle de la forteresse d'Alamout. De là ils organisent un ensemble de fortifications, et créent leur propre royaume, entretenant des réseaux en Perse et en Syrie.
 Hassan Sabah par son charisme s'entoure d'une garde personnelle d'hommes endoctrinés et qui considèrent la mort comme un moyen d'acquérir le Paradis s'ils obéissent aveuglement aux ordres de leur maître qu'on appelle Le Vieux de la Montagne. Entraînés à l'assassinat, ils peuvent être partout et ils déjouent toutes les précautions. Ils s'appellent les Assassiyams : fidèles au fondement (de la foi).

 Marco Polo qui a entendu parler d'eux relaie une explication donnée par leur ennemis qui les traitent de Haschischins (fumeurs de haschich) pensant qu'ils sont drogués pour accomplir leur crime. Pourtant le haschich altère l'acuité mentale nécessitée pour déjouer les précautions prises autour de personnages importants. Hassansiny "adepte d'Hassan" serait une autre possibilité. Quoi qu'il en soit l'appellation d'assassin aura la signification qu'on lui connaît.

Les assassinats commandés par le Grand Maître des Nizarites sont parfois préparés de longue date et ont parfois lieu en public.
Nizam el Molk le vizir qui détient la réalité du pouvoir du sultan et qui a contré les ambitions de Hassan, jusqu'à attaquer Alamout, est assassiné. De nombreux vizirs ou généraux sunnites le sont aussi. Hulegu,le khan mongol, qui menace le territoire de Transoxiane échappe à un assassinat (c'est d'ailleurs lui qui finira par emporter la forteresse d'Alamout.)
Saladin lui-même, qui a déposé le calife chiite égyptien, est considéré comme un ennemi et il échappera à un premier assassinat en 1175, un deuxième en 1176, et décidera lors d'un siège d'abandonner la lutte contre le Vieux de la Montagne.
 Ibn Battuta, le grand voyageur, et d'autre historiens de l'époque décriront dans leurs écrits le fonctionnement de cette secte.
Quelques anecdotes : Les Nizarites auraient demandé à Louis IX à Accra, et en relation avec les Templiers une alliance contre les Mongols. D'autre part les Mongols (plus exactement l'Ilkhan Argoun) essaieront d'obtenir l'alliance des chrétiens contre les Seldjoukides et les Mamelouks d'Egypte. On peut supposer que Samarkande et Antioche étaient un nid d'espions...
Finalement les Mongols envahiront la Transoxiane, et prendront le fort d'Alamout, mais seulement à une époque où le petit-fils du successeur de Hassan aura "réformé" la dogmatique nizarite

Aucun commentaire:

Publier un commentaire