mercredi 6 septembre 2017

Le coin de Bruno et Paule : Commercer avec la Chine

Commercer avec la Chine : un acte diplomatique
Les sujets chinois ne pouvant quitter la Chine (Khitay) sans l’autorisation de l’empereur, les caravanes chinoises quittant la Chine sont donc toutes des ambassades car elles ont un caractère officiel.
De même, aucun étranger n’est autorisé à franchir la « Barrière de la Porte de Jade » -la frontière occidentale- comme simple marchand. Il ne peut pénétrer en Chine qu’en qualité d’ambassadeur ou de serviteur d’un ambassadeur. 
Je me suis donc « déguisé » en serviteur d’un ambassadeur et je fais partie de la caravane qui l’accompagne puisque les Chinois sont toujours prêts à recevoir un ambassadeur envoyé par les royaumes occidentaux.  En effet, les Chinois associent chaque royaume  à certains produits, naturels ou industriels, que les ambassadeurs apportent au « Fils du Ciel » (l’empereur), toujours avant le Nouvel An chinois et accompagnés des vœux écrits de leurs maîtres.
Ces « offrandes » font l’objet, de la part du « Fils du Ciel », de gratifications en retour qui ont un caractère d’étrennes. Tout prince occidental n’a donc droit, en principe, qu’à une ambassade par an et cette ambassade doit arriver à Pékin la veille du Nouvel An chinois, ce que nous nous apprêtons à respecter.
Tout ambassadeur dispose de 50 à 500 « serviteurs », en fait tous des marchands entrant en Chine pour faire des affaires. Les Chinois ferment les yeux sur ce trafic entre sujets. Personne ne se désintéresse du commerce. Nombre de lettres diplomatiques ont été échangées entre la Chine et les princes musulmans pour s’assurer du maintien de la sécurité sur les parties de la route dépendant de l’autre partie.
Notre caravane ressemble à un cirque ambulant car elle est, comme c’est souvent le cas pour les ambassades, accompagnée de « bêtes curieuses » introuvables en Chinedes lions. Parfois, ce sont des autruches, des lynx-coucals, des panthères dressées pour la chasse. Des produits naturels - des « gerfauts » - ou des produits manufacturés chinois - la soie par exemple - seront payés en retour par l’empereur. Des acrobates et des musiciens nous accompagnent également.
Arrivés à 10 jours de Suchow, la première cité chinoise dans la région frontière, des fonctionnaires chinois viennent à notre rencontre et nous préparent un magnifique banquet au milieu d’une prairie. Ils inscrivent là le nom de l’ambassadeur et le nombre des serviteurs de sa suite.
L’ambassadeur est ensuite prié de se rendre au déjeuner officiel offert en son honneur par le gouverneur de la zone frontière.
Nous reprenons la route vers Suchow puis nous passons par la porte du fort (la Porte de Jade) pour pénétrer dans Suchow. Après dénombrement des membres de notre caravane par des fonctionnaires, nous ressortons par la porte opposée

Aucun commentaire:

Publier un commentaire