mercredi 14 février 2018

Le coin de Jean Claude : La Perse berceau des grands savants de l'poque médiévale du VIIIe siècle au XIIe siècle



La Perse berceau des grands savants de l'époque médiévale  du VIIIe au XIIe siècle .
 Bref aperçu des philosophes des sciences au Moyen Orient .
Le Coran encourage ses fidèles à rechercher la connaissance.
L"expansion de la religion musulmane et des empires arabes (les califats) absorbe des populations qui ont des trésors de connaissance : les grecs sont encore présents dans la partie de l'empire romain d'Orient conquis par les Arabes ;Anatolie, Syrie , Egypte dont les populations sont souvent chrétiennes : les chrétiens nestoriens mettront leur connaissance du grec et de l'arabe à disposition pour traduire les ouvrages scientifiques du grec à l'arabe. Ainsi, s'étant établis sur des sites gréco-romains, les arabes deviendront-ils les dépositaires des connaissances anciennes, alors que l'Europe est le théâtre des invasions gothiques.
 Les perses ont déjà une grande tradition scientifique et beaucoup de textes seront traduits du persan à l'arabe qui devient la langue de référence. Par la Perse les arabes atteindront les textes indiens.On peut dire qu'à l'instar des Grecs qui battus militairement ont imposé leur culture aux Romains, les Perses envahis par les Arabes ont réussi à maintenir leur culture philosophique, littéraire et scientifique tout en étant dominés par l'Islam. Certains savants perses ont devancé les découvertes de savants de la Renaissance et inspiré d'autres découvertes du siècle des Lumières.
En contact avec l'Inde ils en rapporteront beaucoup de connaissances (en particulier mathématiques).Les bibliothèques permettront la diffusion et la confrontation des connaissances de la Grèce jusqu'à l'extrême Orient.
Voici quelques grands noms d'illustres personnages qui ont été reconnus comme de grands savants jusqu'à notre époque.
Al Kwaresmi (780-850) Astronome géographe mathématicien. Persan né au Kwarezm (Nord-est de l'Iran). Introduit le positionnement zéro indien qui permettra le système décimal et adopte la numération arabe. Considéré comme le père de l'Algèbre.Auteur d'une Carte du monde en arabe.Tables astronomiques.
Rhazes(865-925?)Abu Bakr Al Rhazi : précurseur de la méthode expérimentale, critique l'aristotélisme et la pensée musulmane. Isole l'alcool et l'acide sulfurique. Alchimiste et médecin, traduit Galien et Hippocrate.
Al Farabi (872-950)  perse d'origine türk né en Transoxiane (N-E) mort à Damas,a étudié à Damas, spécialiste de Platon, philosophe de l'harmonie politique, influence les philosophes arabo-persans et le philosophe andalou Averroes.
Al Hazar (965-1040)Bassorah-Bagdad-Le Caire- Astronome mathématicien et physicien (principe d'inertie)en particulier en optique où il décrit dans un fameux traité le trajet de la lumière et sa perception par l'oeil.
Ibn Sinna dit Avicenne : (980-1037) Son Canon de la médecine est son oeuvre la plus connue et décrit les symptômes de toutes les maladies de son époque. Spécialiste d'Aristote et de Al Farabi. Son oeuvre rapportée en Europe par les Croisés fit longtemps autorité .
Al Birouni  né en 973 à Boukhara -1048à Ghazni (Afghanistan) est contemporain d'Avicenne.  .Philosophe encyclopédiste, pharmacologue, physicien, astronome et historien.Connaît le grec, l'arabe, le persan, puis l'hindi et le sanscrit.Invente une méthode pour projeter une hémisphère sur un plan. Calcule le rayon de la terre (soit 6339.6 kms) et élabore une théorie du systéme solaire en suivant la thèse du grec Aristarque de Samos, du Chaldéen Séleucos de Babylone et les écrits de l'indien Aryabhata . Il compare le système héliocentrique avec le système géocentrique de Ptolémée sans toutefois affirmer son choix (comme le fera plus tard Copernic).
Omar Kayyam : né en 1038 à Nichapour(un an après la mort d'Avicenne dont il sera un disciplepar la lecture). Est un mathématicien (résolution des équations du 2e et 3e degré parallèlement à des études de géométrie), un astronome(directeur de l'observatoire d'Ispahan) un philosophe et érudit coranique, et un poète dont les écrits (des quatrains appelés Robbayat) ont été traduits en de nombreuses langues.
Les savants arabes ne se contenteront pas de prendre connaissance et de compiler les savoirs dans des bibliothèques. Ils s'en serviront comme base d'expériences et continueront à les améliorer.


On ne peut ignorer d'autres savants arabes importants qui furent en contact avec les connaissances des savants persans précités :
13e siècle : Le médecin arabe Ibn Nafis (1213-1288 Damas- Le Caire) décrit la circulation du sang, révolutionnant les connaissances de Galien qu'il critique et complète le Canon d'Avicenne..
Ibn Khaldoun 1332 à Tunis-1406 au Caire n'est pas né en Asie  mais il a décrit l'évolution des sociétés nomades et sédentaires, la naissance et le déclin des Empires, les relations entre le peuple urbanisé et celui des campagnes.                                   Son livre (les Prolégomènes) est une conclusion à toute l'histoire qui nous intéresse dans le cadre de la Route de la Soie.
Ibn  Battuta (1325 à Tanger-1377 Marrakech) est un grand voyageur musulman qui a parcouru le monde du Proche Orient à l'Extrême Orient en faisant oeuvre d'historien de géographe et de philosophe.
Ibn Rushd dit Averroes en latin (1126 à Cordoue – 1198 à Marrakech): Medecin du sultan almohade, et juriste (Cadi à Séville et à Cordoue) est surtout connu comme philosophe. . Lecteur et commentateur d'Al Farabi, de Galien (médecin romain 129-216) d'Avicenne et surtout d'Aristote. Il doit lutter contre l'obscurantisme religieux et déclaré hérétique. Une partie de ses oeuvres sera conservée par des savants juifs.
Rappel : Aristote est un savant et philosophe grec à l'oeuvre encyclopédique, né en 384 av-jc et mort en 322 av-JC. Galien (129-216) est l'auteur d'un traité de Médecine qui a fait référence pendant tout le moyen-âge.

14e siècle : La traduction en latin des textes arabes (dont les textes grecs) facilitera la connaissance scientifique et philosophique par l'occident chrétien.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire