lundi 19 février 2018

Le coin de Jean Claude : le périple d'Erythrée



Le périple d'Erythrée  (Route maritime du commerce oriental)

L'Egypte antique semble avoir eu peu d'intérêt pour la Mer Rouge (même avant que Moïse y ait sévi). L'expansion de l'Egypte s'est faite surtout du côté de la Méditerranée (delta du Nil)et de la Syrie en particulier. Pourtant on a découvert que bien avant le canal de Suez des dynasties ont entrepris de creuser un canal reliant la Mer Rouge à la Méditerranée. (à étudier).

La Mer Rouge possède deux rives, l'une donnant sur la Somalie et l'Egypte, l'autre sur la péninsule Arabique. Les gréco-macédoniens qui ont conquis l'Egypte (dynastie des Ptolémée)ont donné à cette mer le nom d'Erythrée. En regardant la carte de l'Egypte, on constate qu'il est possible de rejoindre l'Océan Indien par voie maritime.

Un manuscrit byzantin du 10e siècle du fonds d'Heidelberg et une copie au British Museum du 14e siècle relatent les explorations faites au début de notre ère vers le sud de cette mer d'Erytrée.
L'exploration se fait à proximité des côtes et en recherchant des possibilités d'escale. A l'Est les explorateurs byzantins ont affaire à des tribus arabes, à l'Ouest à des peuples soudanais qui vivent en petits royaumes.
Dans un premier temps c'est la côte africaine qui est explorée : l'Azania (d'où le nom de Tanzanie).
Les noms des villes, comme leur existence changent avec le temps : il est presque impossible d'identifier correctement celles qui sont décrites sinon par la description de détails géographiques.
C'est ainsi que les gréco-romains qui ont entrepris ce voyage arrivent à Aden au Yemen au sud de la péninsule arabique.
Tout ne doit pas être facile dans ces conditions de concurrence, et ce périple d'Erythrée comporte bien des périls dans la Mer Rouge même et dans l'Océan Indien, car, passé  Socotra,  île au large du Yemen, nommée Dioscoride par les égypto-byzantins (oui, les byzantins ont dominé l'Egypte après les grecs dont la dernière reine fut Cléopâtre...) tempête et pirates vous attendent...

De cette île de Socotra qui fut un comptoir byzantin jusque 639 et devint ensuite arabe musulmane il était possible de pratiquer  la navigation côtière en suivant le golfe persique (mer d'Oman), et échanger des produits venant de l'Afrique australe ce que  pratiquaient les boutres arabes ? Les plus audacieux pratiquaient  la  navigation hauturière dans l'Océan indien.jusqu'aux côtes de … Malabar ! Soit l'Ouest de l'Inde dont l'ancienne Calicut (dans l'Etat actuel du Kérala) est un port important.
Or cette zone de l'Inde est en relation commerciale avec la Perse et par le Pamir, la Bactriane !!
Plus étonnant encore, la description des côtes indiennes mentionne l'île de Ceylan et le Gange dont l'estuaire se situe au Nord-Est de l'Inde. Les sogdiens de l'antiquité tardive y étaient peut-être déjà !

On se souviendra également de l'armada chinoise de Zhang He qui est allée jusqu'à la côte africaine après avoir dépassé l'Indonésie ! Cette aventure fut sans lendemain pour des raisons politiques et financières, mais il est hors de doute que la route maritime des Epices d'Egypte grecque ou arabe, était active bien avant l'arrivée des Portugais et autres européens.

Le trafic de la soie a été un épiphénomène dans un ensemble de relations commerciales à plus ou moins longue distance et qui consistait à acheter et vendre avec bénéfice des produits précieux comme l'Ivoire, les pierres précieuses, la soie, l'encens, ou très utiles comme les épices, les esclaves, les chevaux. Le christianisme s'est également propagé en Inde par la voie maritime... avant les Jésuites au 15e siècle.

Des romains, qui occupaient la Syrie actuelle, auraient réussi à atteindre la Chine par voie maritime :
C’est une recherche intéressante à effectuer …

Aucun commentaire:

Publier un commentaire